Voitures endommagées à Maisières

Mons: à coups de panneau et de pied, il dégrade des voitures.

Il a pris un panneau de chantier et a endommagé une voiture

Plusieurs voitures ont été sérieusement endommagées à Maisières la nuit de samedi à dimanche. Un homme les a dégradées à coups de panneau et de pied.

Caroline B. habite la rue Grande, à Maisières, depuis bientôt un an. Dimanche, peu après 1 heure du matin, le klaxon d’une voiture a alerté la mère de famille. La riveraine ne dormait pas encore au moment des faits. Mais elle était dans son lit.

Avec un panneau de chantier

Inquiète d’entendre du bruit à cette heure-là, Caroline a regardé par la fenêtre. L’habitante a ainsi aperçu un individu s’approcher dangereusement de son véhicule, armé d’un panneau de chantier. Le suspect, d’après ses dires, s’est acharné sur sa voiture avant de s’attaquer à trois autres véhicules.

D.R.

 

À force de porter des coups, le fauteur de troubles a fait tomber le panneau du poteau. « Du coup, je l’ai vu vandaliser trois autres voitures, à coups de pied », souligne Caroline, qui donne une description de l’auteur des faits : « De taille moyenne, l’homme a les cheveux clairs, coupés court, de type européen. Il portait un t-shirt bleu et un jean. » Le temps de descendre et de mettre sa veste, elle n’a pas su le voir de plus près. L’individu était déjà remonté dans une voiture. D’après elle, il s’est probablement disputé avec la femme qui l’accompagnait. Et il a passé ses nerfs sur les véhicules présents.

« Un voisin est sorti mais n’a rien vu. Une voiture passait par contre en sens inverse, et le conducteur a su prendre le numéro de plaque », explique la riveraine. Cette dernière a d’ailleurs remarqué que la camionnette de son mari a été forcée.

Tout le côté conducteur griffé...
Tout le côté conducteur griffé... - D.R.

 

Caroline affirme avoir signalé les faits aux services de police. Son Audi A3 a été touchée à plusieurs endroits. L’arrière du véhicule, juste au-dessus de la vitre, a été endommagé. Sans oublier la calandre et le côté conducteur : « Mon assureur ne va pas intervenir, j’ai une petite omnium. Il y a uniquement ma protection juridique qui pourrait intervenir. C’est de la carrosserie. Mais il y en a au moins pour 2.500 euros. »

D.R.

 

 

À force de porter des coups, le fauteur de troubles a fait tomber le panneau du poteau. « Du coup, je l’ai vu vandaliser trois autres voitures, à coups de pied », souligne Caroline, qui donne une description de l’auteur des faits : « De taille moyenne, l’homme a les cheveux clairs, coupés court, de type européen. Il portait un t-shirt bleu et un jean. » Le temps de descendre et de mettre sa veste, elle n’a pas su le voir de plus près. L’individu était déjà remonté dans une voiture. D’après elle, il s’est probablement disputé avec la femme qui l’accompagnait. Et il a passé ses nerfs sur les véhicules présents.

« Un voisin est sorti mais n’a rien vu. Une voiture passait par contre en sens inverse, et le conducteur a su prendre le numéro de plaque », explique la riveraine. Cette dernière a d’ailleurs remarqué que la camionnette de son mari a été forcée.

Tout le côté conducteur griffé...
Tout le côté conducteur griffé... - D.R.

 

Caroline affirme avoir signalé les faits aux services de police. Son Audi A3 a été touchée à plusieurs endroits. L’arrière du véhicule, juste au-dessus de la vitre, a été endommagé. Sans oublier la calandre et le côté conducteur : « Mon assureur ne va pas intervenir, j’ai une petite omnium. Il y a uniquement ma protection juridique qui pourrait intervenir. C’est de la carrosserie. Mais il y en a au moins pour 2.500 euros. »

D.R.

 

Caroline affirme avoir signalé les faits aux services de police. Son Audi A3 a été touchée à plusieurs endroits. L’arrière du véhicule, juste au-dessus de la vitre, a été endommagé. Sans oublier la calandre et le côté conducteur : « Mon assureur ne va pas intervenir, j’ai une petite omnium. Il y a uniquement ma protection juridique qui pourrait intervenir. C’est de la carrosserie. Mais il y en a au moins pour 2.500 euros. »

D.R.

 

Sa calandre...

Caroline est prête à porter l’affaire en justice. La riveraine a lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux. « Tout a été vu mais un témoignage de plus ne ferait pas de tort », indique-t-elle. Personne ne s’est manifesté jusqu’à présent. Elle-même n’a pas pensé à filmer la scène ou à prendre des photos. Une chose est sûre : elle assure ne pas connaître le suspect.

Écrire un commentaire

Optionnel